Partagez | 
 

 [FB Solo/RP de Noël] Un agréable souvenir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité


MessageSujet: [FB Solo/RP de Noël] Un agréable souvenir   Mer 11 Déc - 17:46





« Merry Christmas my Sweet  »



" Joyeux Noël mon chéri ! "

Je sursauta. Mon papa adorait me faire des surprises, comme ça. Peu importe si cela venait à me faire bondir de mon lit à une heure telle que huit heure du matin, il trouvait cela amusant, il disait que la vie était plus belle si on la rendait fun et joviale. C'était la petite touche d'humour qui colorait notre quotidien. Mon père était un grand farceur, et ma mère l'avait bien vu pendant tout ce temps. Sûrement était-ce l'une des raisons pour laquelle elle décida de partager sa vie avec lui. A l'époque de mes sept ans, je trouvait ça drôle moi aussi. Son esprit enfantin confortait ma croissance et nourrissait mon éveil. Autant ma mère était formidable pour ses sages conseils et mises en garde, ainsi que pour ses tartes aux saveurs magiques, autant mon père, lui, était celui avec qui j'adorait rigoler et passer du temps. Ensemble, ils formaient le duo le plus constructeur de mon enfance.

Dans un cri de stupeur, je m'écrasa la tête la première à terre, au pied de mon lit, ainsi qu'à ses pieds à lui, qui, ma foi, ne sentait pas si bon que ça, surtout au réveil... Quand je leva la tête, il était déjà en explosé de rire et se tenait le ventre en me pointant du doigt, malgré que ma mère lui répétait de ne pas m'embêter, " le pauvre " disait-elle. Il était déjà habillé avec sa tenue de Shinobi, excepté sa veste de Chûnin. Cette tenue traditionnelle donnait l'impression qu'il portait un bas de jogging noir et un haut à manches longues noir également. La seule chose qui le distinguait de ses tenues habituelles fut son bonnet rouge avec un pompon blanc qui pendait sur le côté de son visage tordu de rire. Il faut dire que sa joie de vivre et sa bonne humeur éclairait notre foyer et nous embellissait notre humeur à moi et ma mère même dans les moments les plus difficiles. Sans lui, même Noël ne serait pas aussi festif.

Pas totalement encore réveillé, je m'interrogeait quant aux raisons pour lesquelles il était déjà entièrement vêtu à une heure aussi tôt, mais il suffit d'une seconde pour comprendre la phrase qu'il venait de me crier dans les oreilles pour me lever, c'était Noël ! Ça y est, le jour tant attendu était arrivé, ce fameux jour pour lequel je m'étais si bien conduit auprès de mes professeurs, de mes camarades, de mes parents, ce jour pour lequel j'étais resté sage et dans le droit chemin pendant les trois derniers mois. Un vrai petit ange ! Aucun soucis à me faire, je m'étais vraiment parfaitement bien comporté. Avec toutes ces fois où ma maman me disait " attention, sois bien sage, sinon le Père Noël ne passera pas pour toi cette année ! ", autant vous dire que je ne flanchais pas, et que je n'avais jamais été aussi calme et serein. Nous voilà donc rendu à ce fameux jour magique, qui débutait en chapeau de roue, comme l'on pouvait s'y attendre de la part de mon paternel, toujours là pour égayer l'occasion.


" Ouiii ! "

Je me leva du plus vite que je pu, sans faire attention que mon bas de pyjama blanc à motifs de canards jaunes s'était légèrement baissé, laissant entrevoir une partie de ma fesse gauche. Au garde-à-vous, des étoiles pleins les yeux, je criait de toutes mes forces, mes petites mains recroquevillées mignonnement contre mon torse :

" J'ai été très sage cette année ! Je vais avoir pleins de cadeaux, hein Papa ? Dis dis diiis ! "

Mon père me sourit tendrement, puis posa sa main sur ma tête chevelue et la frotta en me disant d'aller rejoindre ma mère dans le salon. Ni une ni deux, je sautilla de joie, gambadant à toute allure en pas chassés vers la pièce centrale, en traversant le couloir, sans faire attention aux collisions de mon corps contre les parois des murs. Une fois arrivé, après avoir fait un boucan infernal, je me stoppa net devant l'immense sapin décoré de milles guirlandes, lumières rouges, vertes, blanches, et boules de Noël, au pied duquel se trouvait... Trois paquets, ayant tous une taille différente ! Un épais feu flamboyait ardemment dans la cheminée, éclairant parfaitement et chaleureusement la pièce. Ma maman était là, m'attendant avec le plus charmant sourire que le monde ai jamais connu, et un peignoir de coton blanc qui couvrait tout son corps. Ses cheveux bruns étaient détachés et longeaient sa nuque, s'étendant jusqu'à la moitié de son dos. Elle croisa les mains, et s'approcha de moi en me disant :

" Alors, Ken, tu veux ouvrir tes cadeaux ? "

Nul terme de la langue française ne suffirait à exprimer l'allégresse qui m'habitait à ce moment précis, l'émotion jaillissait de mon corps comme une pile survoltée. Je tapotais des pieds, agitait mes bras dans tous les sens, et bougeait ma tête de droit à gauche en hurlant comme un fou. Mon père nous rejoignit, et ma mère et lui s’esclaffèrent en me voyant devenir dingue. Les emballages avaient un côté luxurieux très alléchants, un papier couleur or reflétaient la lumière des flammes du feu de la cheminée, on pouvait même voir cette flamme étinceler dans mes yeux, fixant avec adoration les beaux paquets qui n'attendaient que moi. Je plongea devant mes cadeaux et les ouvrit les uns après les autres. J'ouvris le plus gros paquet en premier, attiré par sa taille. Quelle ne fut pas mon émerveillement lorsque je vis un mannequin d'entraînement en bois, spécialement confectionné rien que pour moi ! Rien ne pouvait plus me faire plaisir, j'étais aux anges, pouvoir m'entraîner chez moi comme à l'Académie, c'était vraiment le pied. Je pouvais frimer et inviter mes amis pour que l'on puisse s'entraîner ensemble, c'était génial, ma petite tête d'enfant gâté fourmillait d'idées. Éclatant de joie, je me jeta dans les bras de mes deux parents réunis en les remerciant de tout mon coeur.

" Merci papa, merci maman, merciii !!! "

Me voir aussi heureux les remplissait de satisfaction. Malgré qu'ils furent seulement Chûnin, ils étaient parvenu à se cotiser pour m'offrir un appareil qui coûtait à l'époque relativement cher pour un foyer moyen. Je m'empressa d'ouvrir mes deux autres cadeaux, plus petits cette fois. Le deuxième fut un porte-clef porte-bonheur, un petit flocon cristallisé attaché à une ficelle que j'accrocha fièrement à ma sacoche de Ninja. Cet objet symbolise toute la joie que l'on éprouve ce jour, et est censé me redonner espoir quand je me sens triste et abattu. Actuellement, en souvenir du bonheur que j'ai jadis vécu, je le porte encore à ma besace. Le troisième fut celui qui me marqua le plus, avec le recul que j'ai maintenant.

Avant même de l'ouvrir, mon père m'avertit :


" Celui-là, fiston, c'est un présent que tu conserveras, je l'espère, toute ta vie. Il représente tout ce en quoi nous croyons, ta mère et moi. "

Intrigué au plus haut point, je déchira le papier qui entourait mon cadeau avec frénésie. Je découvrit alors une dague d'entraînement en bois, sur le manche duquel était gravé un symbole de feuille. Ne comprenant pas immédiatement le sens réel et profond de ce cadeau, je me tourna vers mon paternel, faisant la moue.

" Mais, papa... C'est quoi ? "

Il sourit en plissant les yeux.

" Mon fils, ceci est tout ce dont tu as besoin pour évoluer dans la bonne voie, dans ce monde. "

Il pointa du doigt la feuille gravée sur le manche.

" Cette feuille représente " la Volonté du Feu ". Tu le comprendras sûrement quand tu seras plus grand. Cette volonté, c'est le plus important héritage que ta mère et moi puissions te faire. Tant que tu croiras en toi, tant que tu croiras en le village et ses habitants, tu pourras toujours aller de l'avant avec le sourire. Crois-en mon expérience ! "

Mon sourire s'élargit jusqu'à mes oreilles. S'ensuivit une tendre étreinte collective avec mes deux parents, fiers de s'être ruinés pour mon seul bien-être. Avoir été un enfant unique et gâté avait été la plus belle chose qui m'était arrivé. Mon enfance fut bercé d'amour et de chaleur, et Noël était le point culminant de cet amour qu'ils m'offraient sans retenu. J'étais le plus important à leurs yeux, mais maintenant qu'ils ne sont plus là, pour qui suis-je important ?

Retour à la réalité. Je me réveilla de mes songes à cause du sang dans mes veines qui s'était glacé. Mes habits déchirés et froids me collaient à la peau. Trop gelé pour rester assis au pied de cet arbre, où je me tenais là depuis au moins deux heures, je me leva et repris ma route à la recherche de celui pour qui je pourrai enfin redevenir important. Malgré le désespoir qui m'habitait, malgré ces souvenirs mêlant bonheur et douleur, au beau milieu de toute cette haine que ma vie avait nourri, tintait le doux et innocent son de mon porte-clef flocon. Peut-être représente-t-il l'infime espoir d'un avenir clair, le seul qui doit me rester, noyé dans une vie de vagabond, errant sur les routes enneigées d'un destin trouble...



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
 

[FB Solo/RP de Noël] Un agréable souvenir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Demande d'agrément
» Formulaire d' Agrégation.
» présentation Bob Solo [Validée]
» Comme c'est agréable de te revoir...
» Un moment agréable [PV Athenodora]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Kokoro :: Zone rp :: Hi no kuni :: Konohagakure
 :: Village
-